TAILLE ET CONCEPTION DE L’ORCHESTRE

Des ensembles de taille similaire à celle de l’orchestre classique sont apparus peu après 1600 à l’occasion du développement de l’opéra.

Retrouvez dans cet avis les comparatifs des meilleurs accordeons.

Par la suite, et jusqu’au milieu des années 1700, la taille et la composition de l’orchestre varient considérablement, selon les conditions pratiques et financières. Souvent, les compositeurs de l’époque n’incluaient que des indications rudimentaires (ou aucune indication du tout) quant au nombre d’instruments requis pour une œuvre donnée. Des parties ont été assignées plus ou moins aléatoirement aux instruments disponibles, et bien que les cordes soient finalement devenues le groupe utilisé aujourd’hui (deux groupes de violons, altos, violoncelles et peut-être contrebasses), il a fallu beaucoup plus de temps pour atteindre une norme commune similaire pour l’utilisation des vents.

La base de l’orchestre moderne remonte à l’orchestre de la cour de Mannheim dans les années 1750, époque à laquelle le groupe de basse continue baroque a progressivement disparu. Composée de cordes, deux flûtes, deux hautbois, deux bassons, deux cors, deux trompettes et des timbales, l’école de Mannheim a développé l’individualisation des bois, tandis que les cordes ont commencé à utiliser des arcs coordonnés. Plus tard, deux clarinettes furent ajoutées, et l’avènement de Beethoven initia une extension continue de l’orchestre. Jusqu’alors, les trombones étaient presque exclusivement utilisés dans la musique d’église et pour des effets dramatiques spéciaux à l’opéra, mais Beethoven a prescrit un ou plusieurs trombones dans ses 5e, 6e et 9e symphonies (en plus de plusieurs instruments de percussion dans cette dernière). La 5e symphonie exige également une forme ancienne de basson double, la 5e et la 6e une flûte piccolo, et finalement le nombre de cors est passé de deux à trois ou quatre. Beethoven écrivait parfois des parties individuelles pour les contrebasses (qui jusque-là, presque sans exception, avaient doublé le nombre de violoncelles), une pratique qui s’est rapidement répandue.

Vers la fin des années 1800, aidés par les innovations de Berlioz, des instruments comme la harpe, le tuba moderne, le cor anglais, la clarinette basse, la clarinette Mib, le basson double moderne, le trombone basse, etc. devinrent la norme dans les plus grands orchestres. Les autres extensions se limitaient principalement aux cuivres et aux percussions. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, les instruments à clapet sont devenus de plus en plus courants chez les trompettistes et les trompettistes en même temps que les instruments naturels, et ont fini par remplacer presque tous les instruments naturels à long terme. Mais certains compositeurs, notamment Brahms et Wagner, ont continué à utiliser des instruments naturels, convaincus que leur timbre était inégalé.